Retour sur le DevFest du Bout Du Monde 2019

Cinq ans après l’avoir quittée, me voici retourné sur la terre de mes ancêtres (comme l’indique mon nom de famille…houpa). Je pourrais faire une introduction aussi calorique que le Kouign aman, mais nous allons rapidement nous plonger dans le vif du sujet. Je vous redirige vers mon compte twitter où j’ai pu communiquer mon enthousiasme à revenir dans ce doux pays : https://twitter.com/Maxime_Pawlak

Dans ce post, je vous partage mon voyage en Finistère, le temps du DevFest du Bout Du Monde, le DevFest Français le plus proche de Mountain View. J’espère vous donner envie de vous rendre à ce genre de conférences et de partager avec vos consoeurs et confrères votre passion pour le développement (et pour Brest).

# Keynote — The HitchHicker’s guide to diversity — Audrey Neveu

J’avais eu de très bons échos de cette keynote. L’année dernière, j’avais pris le temps de la regarder sur Youtube via BDX I/O. Je pense qu’il est toujours bon et sage de prendre du recul sur la diversité dans notre métier.

Faisant patie de l’écrasante majorité : homme blanc, entre 25 et 35 ans, hétérosexuel, ayant fait des études supérieures, il est primordial pour nous d’avoir conscience de ce manque de diversité (par rapport à la diversité de la société dans laquelle nous évoluons) et d’oeuvrer à notre échelle pour que la situation s’améliore. Et il est vrai que l’assistance était presqu’exclusivement monochrome et barbue.

Audrey résume la démarche pour aller vers plus de diversité en 3 étapes :

  • Accepter
  • Écouter
  • Se mettre à la place de.

Soit en un mot : EMPATHIE.

L’énergie qu’elle a propagée en ce début de journée était incroyable. Très émue et les larmes aux yeux, elle a conclu en nous invitant tous à toujours plus d’empathie. Les 350 personnes dans la salle l’ont ensuite remerciée avec une standing ovation comme on en voit rarement dans ce genre de conférences ! BRAVO Audrey !

# L’open-source à la rescousse de mes APIs — Guillaume Gillon

Guillaume a présenté plusieurs outils afin de sécuriser un serivce API REST, sans toucher aux dits-services APIs. Travaillant à Décathlon, il nous a brièvement présenté le Portail de développeurs de Décathlon.

Pour revenir au sujet, l’idée est de mettre en place une API Gateway entre les services backs et les consommateurs front, gérée par un API Management Portal. L’outil open-source qu’il a montré est Gravitee.io .

Cette gateway agit comme une barrière de protection en régulant les flux de données avant qu’ils n’atteigne les backends : autorisation logging, rate limiting, CORS…

Il s’est ensuite penché sur KeyCloack, un outil d’Identity et d’Access Managemnt. Cette boîte à outils permet de gérer différents aspects des accès sécuris : Single Sign-On (SSO), OAuth, JWT …

Une présentation sympa qui fait un tour d’horizon de ces outils qui sont simples à mettre en place.

Je retiens une phrase que Guillaume a dite pendant sa présentation :

“C’est pas hyper impressionnant parce que ça marche direct” !

# Serverless dans Google CLoud — Guillaume Laforge

Guillaume Laforge est un habitué des conférences. Guillaume est venu nous parler de ServerLess (et non de Server-Laisse, comme il a tenté de nous le faire croire en introduction).

Le concept gagne en popularité, j’avais déjà pu assister à une conférence à ce sujet l’année dernière à SunnyTech à Montpellier :

  • pas de serveur à gérer
  • pas d’approvisionnement
  • paiement à l’utilisation

Il est revenu sur les deux gros services de Google qui permettent de faire cela :

  • AppEngine (depuis 2008 déjà !) — serverless web aplications — Déployer des applications qui répondent à des requêtes
  • Cloud Functions — Déployer des fonctions qui répondent à des évènements ou à des requêtes

Il a ensuite montré une application bénéficiant d’une combinaison de plusieurs services :

  • un front déployé sur AppEngine
  • qui envoit des photos sur un Data-Storage
  • sur lequel sont configurés des services Event-driven

Ces services sont :

  • à chaque nouvelle photo ajoutée, ajouter des tags et vérifier le contenu “correct” de la photo (pas de violence, ni de sexe, ni de drogues…) via Google Vision API
  • des évènements sont envoyés dans le message broker de Google Pub/Sub, qui est consommé de manière régulière par un job afin de calculer les tags de photos les plus populaires (comme un cron).

Il a ensuite voulu montrer certaines parties de la console de Google Cloud Platform, mais il a oublié son mot de passe ^^…

Les deux nouveautés sont Cloud Tasks et Cloud Scheduler (le fameux cron dont je parlais précédemment).

# Comment l’UX a sauvé mon DevOps ? — Estelle Landry & François Teychene

Après plus de 18 mois en tournée dans toute la France, le talk le plus populaire de l’hexagone est venu terminé en beauté à Brest. Comment l’UX a sauvé mon DevOps ? Par les deux montpelleriens Estelle Landry et François Teychene.

Après être revenu sur les termes de DevOps (!= NoOps) et de UX (rencontre entre l’utilisateur et le produit, != UI), ils nous ont partagé leur retour d’expérience dans une de leurs anciennes boîtes : les développeurs d’un côté et les opérationnels de l’autre.

Ce qui m’a beaucoup marqué est la douleur et la frustration que François arrivait à nous transmettre dans son discours. On voyait bien que les moments traversés n’ont pas été faciles.

Ils ont mis en place différents ateliers pour réconcilier les Dév et les Ops :

  • re-analyser le backlog et re-étudier les priorités
  • atelier speed boat
  • roadmap board
  • les 5 pourquoi
  • les 6 chapeaux de Bono

Toutes ces étapes avaient pour objectif de rétablir progressivement la communication entre les Dévs et les Ops, qu’ils partagent leur frustration, leur besoin mais aussi expliquent à l’autre partie comment ils fonctionnent. De fil en aiguille, ils ont pu amener de l’engagement entre les équipes afin qu’elles puissent s’unir.

Je note tout de même une blague à moitié assumée par Estelle. Je vous laisse regarder le talk en vidéo pour en savoir plus :

Vous retrouverez Estelle et François les 27 et 28 prochains au Sunny Tech de Montpellier (mais du côté de l’organisation cette fois-ci).

# La “process communication” ou comment faire rentrer les gens dans des cases pour mieux communiquer avec eux — Fanny Demey

Je n’ai pas pu assister à la totalité cette conférence, mais je vais m’empresser de regarder la version vidéo de Fanny.

Dans ce talk, elle nous expose différents profils de personnes :

  • rêveur
  • promoteur
  • travaillomane
  • persévérant
  • rebelle
  • empathique

Pour chaque profil, elle présente ses caractéristiques, ses envies et comment un profil spécifique peut être difficile à manager.

On mets les gens dans des cases. Bien évidemment, nous ne nous résumons pas à une seule catégorie de personnes. Chacune et chacun d’entre nous sommes multiples. Et la force d’une équipe réside dans sa diversité (revoir la keynote !) mais surtout dans la capacité d’un manager à tirer profit des forces de chacun pour faire avancer le groupe.

Si vous voulez en savoir plus, Fanny a tout appris en lisant le livre “Comment leur dire …” de Gérard Collignon.

Vous pouvez retrouver Fanny au DevFest de Lille le 14 juin prochain (là aussi, du côté de l’organisation).

# Tensorflow, there is no spoon —Tiffany Souterre

Voici une autre conférence dont j’ai beaucoup entendu parler mais que je n’avais pas eu l’occasion de voir. Tiffany nous a présenté le fonctionnement des GAN — Generative Adversary Networks. J’avais quelques appréhensions par rapport au niveau attendu.

Dans ce domaine là, on se retrouve vite face à de nombreuses explications qui deviennent de moins en moins compréhensibles au fur et à mesure que le talk avance.

J’ai été agréablement surpris : discours très clair et revenant sur les notions qu’il fallait, Tiffany a délivré un propos aussi fluide qu’intéressant. Chapeau 🎩.

L’idée derrière les GAN est la suivante : ajouter du bruit à une image afin de tromper les algorithmes de vision par ordinateur (Computer vision). Du point de vue de l’oeil humain, l’image originale et l’image bruitée sont semblables. Mais des chercheurs ont réussi à modifier certaines images (temple, chien, insecte…) afin de duper la machine et de lui faire voir une autruche.

Cela pose de nombreuses questions dans notre société qui s’appuie de plus en plus sur des technologies à base de vision par ordinateur.

Autre exemple, des chercheurs ont imprimé des lunettes en 3D et ont trompé un algorithme de reconnaissance faciale en se faisant passer pour une célébrité.

Nouvelle techno => nouvelles opportunités ==> nouveaux risques.

Tiffany nous a ensuite présenté son chat, et comment elle a tweaké le modèle Inception V3 (un modèle qui a gagné le challenge ImageNet il y a quelques années). En quelques lignes de code, son chat est devenu une cuillère 🥄, puis un ananas 🍍 !

Par la suite, elle voulu identifier le bruit qu’elle avait ajouté à l’image initiale, voir de ses propres yeux comment cela était possible. Mais rien ! A aucun moment elle n’a pu reconnaître des patterns ou n’importe quel élément qui permettrait de saisir comment “l’oeil” de l’algorithme a été trompé.

Après tout, il suffit d’admettre que notre conception de l’ananas est totalement différente de la conception qu’en ont les algorithmes de reconnaissance d’image. Mais n’est-ce pas étrange de se faire assister, certains disent augmentés, par des technologies que nous mettons en place, mais qui perçoivent une réalité totalement différente ? Bienvenue dans la matrice : there is no spoon !

# Je me lance dans la Data Science, par où commencer ?

Fin de la journée. Le stress a eu le temps de monter doucement, comme la marée sur la plage, vague après vague, talk après talk. J’ai eu le grand honneur d’être sélectionné pour donner une conférence. Revenir sur la formation que je me suis construite sur la Data Science.

Dans ce talk, je raconte ma vie, pourquoi je me suis lancé, quels évènements ont accéléré ma reconversion et quelles ressources ont été primordiales dans la découverte de ce nouveau monde.

Je partage aussi beaucoup mes doutes et les différentes phases que j’ai traversées. Mais surtout, je donne un maximum de conseils pour prendre du recul et foncer dans ce secteur passionnant !

Conclusion : le monde de la donnée vous intéresse ? Foncez, tellement de ressources gratuites de qualité sont disponibles sur internet pour monter en compétences sur le sujet.

Si vous voulez que nous en discutions plus en profondeur, ce serait avec grand plaisir ! N’hésitez pas à me contacter via Twitter ou LinkedIn.

Vous pouvez retrouver mes slides ici : https://www.slideshare.net/MaximePawlak1/data-science-how-to-begin-devfest-bdm-2019

# Conclusion

En un mot : BRAVO !

Bravo à l’organisation (FinistDevs et Code d’Armor), merci aux sponsors et aux conférenciers. Voir que chaque année, de nouveaux évènements se lancent, me réconfortent dans les choix professionnels que j’ai faits. Première édition de Sunny Tech l’année dernière, et maintenant le DevFest du Bout du Monde ! C’est génial d’être dans un secteur où autant de femmes et d’hommes partagent autant leur passion.

Revenir faire cette conférence à Brest relevait d’une grande symbolique pour moi. En 2010, j’ai débarqué sur ce bout de terre, et c’est ici que je me suis passionné pour autant de sujets qui continuent à m’animer chaque jour : l’entrepreneuriat et le monde de la donnée.

Je vous embrasse très fort. Je suis à Paris CDG en correspondance pour Toulouse, et je n’ai qu’une hâte : revenir.

Kenavo

Maxime

#dataScientist #techplorator #prototypeur #entrepreneur

#dataScientist #techplorator #prototypeur #entrepreneur